Olfac Bienvenue sur le forum d'olfac.
Si une question vous turlupine, si vous voulez partager une expérience, si vous souhaitez nous confier une information n'hésitez pas, ce forum est là pour ça.

 Accueil     Rechercher     Chat     Inscription     Connexion

Forum
--- Vos sensations: anosmie et/ou agueusie circonstancielle
------ ansomie: psychologiquement parlant
Vous devez vous connecter pour laisser un message.
ansomie: psychologiquement parlant
 floPosté le Lundi 3 Octobre 2005 - 23:36
bonjour je suis une ancienne de ce site je me pose une question ce soir. c'est un peut compliqué comme je l'ai déjà dit je suis anosmique depuis 7 ans et je voulais savoir ce que ça vous fait psychologiment parlant d'avoir perdu l'odorat es ce que vous etes allé consulter un psy ou non et si vous surmonter votre handicap moi je dis toujours que ça va bien mais pour vous dire la vérité et je la dis pour la premiere fois sur ce site je me sens triste quand j'en parle defois je sais pas quand je viens sur ce site ça me fait un bien fou en fait je dis que tout va bien car je suis bien dans ma tete et tout et tout j'ai un copain et je suis bien mais il y a un manque un gros manque quand meme et ça me fais vachement du bien d'en parler avec vous c'est pour cela que j'espére obtenir de nombreux témoignages qui pourraient m'aider à comprendre ce que j'ai et pouvoir définir ma petite tristesse mem si je suis heureuse j'épére que je me suis bien exprimé et que vous me comprennez.dites moi vous comment vous le ressentez et ce que ça vous donne comme tristesse ou peut etre comme regret.
j'attends vos témoignages avec beaucoup d'impatience merci
flo
 SayonaraPosté le Mardi 4 Octobre 2005 - 15:19
Bonjour,
Je suis anosmique depuis 10 mois à présent, bien loin de tes 7 ans. Pourtant je comprends parfaitement ce que tu ressens et j'imagine que le temps n'arrange rien. No, on ne s'y fait pas, c'est une infirmité et elle est d'autant plus lourde à porter qu'elle ne se voit pas et n'est pas, d'une certaine façon, prise au sérieux. C'est une infinie tristesse, car chaque instant nous rappelle ce que l'on a perdu : Une grand partie de nos souvenirs entre autre, n'oublions pas la madeleine de Proust. L'odeur participait au souvenir. Des souvenirs d'enfance, les odeurs des lieux qui nous plaisaient etc. etc.  Le liste est longue.
Personne ne se rend compte vraiment de ce que ça représente. Pour ma part je me sens complètement diminuée, amputée de quelque chose. je ne m'y fais pas, je ne m'y ferai jamais et je ne supporte plus les gens qui me disent que j'ai de la chance de ne pas sentir les mauvaise odeurs !!!

Sayonara
 AnnePosté le Lundi 7 Novembre 2005 - 17:50
Je viens de découvrir ce site. c'est une de mes amies qui m'a donné l'adresse. Je n'ai pas vu l'émission du 16 novembre parce que je ne regarde pas beaucoup la télé mais j'ai envie de partager un moment, ce soir, avec vous.
Tout comme une majorité de personnes, j'ai perdu l'odorat, dans mon cas, suite à une grippe, en mars 2005. Cela fait donc 8 mois que je vis sans percevoir les finesses que l'odorat permet normalement de savourer. J'aime bien manger et j'adore boire un bon verre de vin. Ma cave contient quelques très bonnes bouteilles. Je ne me considère pas comme handicapée parce que j'ai la conviction qu'un jour, dans 6 mois, dans un an, dans 2 ans ou plus, je vais retrouver ce sens perdu. J'ai bon espoir et cet état d'esprit, je t'entretiens pas de la visualisation positive, chaque matin avant de me lever. Je trouve aussi que ce qui m'aide c'est de très bien présenter les aliments, faire jouer les couleurs, choisir de belles assiettes, demander à mon compagnon de vie de me donner quelques impressions et compenser le manque de saveur par la pensée en imaginant les goûts. Ce qui m'aide encore, c'est aussi de penser qu'il vaut peut être mieux avoir perdu l'odorat que la vue ou l'ouïe. C'est peut être une défense, me direz-vous mais peu importe. Ca aide à vivre. Au plaisir de lire vos réactions.
Anne
 KalaPosté le Dimanche 13 Novembre 2005 - 2:59
Bonsoir (ou bonjour, vu l'heure je sais pas trop quoi dire!)
J'ai 22 ans, et en avril 2006 je vais "fêter" mes 8 ans d'anosmie, survenue suite à un trauma crânien...
Au niveau psychologique, y'a le côté purement perso: comme vous tous, j'y pense constamment. J'ai toujours peur de mes odeurs, de celles de mon appart... Comme je vis seul, j'ai toujours peur d'avoir mal "géré" les odeurs et c'est une angoisse quand des gens viennent chez moi...
Puis y'a l'aspect relationnel, et là j'ai énormement de mal à en parler à mes connaissances. J'ai honte en quelque sorte, je me sens différent et je le cache tant que je peux. Quand l'accident est survenu, j'ai expliqué la situation à mes potes, mais voyant que ça revenait pas, je leur ai quand même dit un mois après que c'était bon. Pour être "normal"... Et depuis j'en ai plus jamais reparlé, j'ai développé de sacré talents d'acteur pour le cacher . Y'a que ma proche famille qui est au courant, et encore c'est parce que mes parents en ont parlé, moi je n'aurais rien dit à personne si j'avais pu...
Je suis le seul à avoir cette honte viscérale??
Merci pour ce site, ça fait un bien fou de voir que je suis pas tout seul avec ce problème!
 sayonaraPosté le Mardi 15 Novembre 2005 - 10:31
Bonjour,
Ceci est plus spécialement écrit pour Kala. Il ne faut surtout pas avoir honte de ton handicap, d'aucun handicap d'ailleurs. En quoi es-tu responsable ? Tu en souffres, c'est tout et c'est déjà pas mal. Pour quelle raison le cacher à tes amis ? Ce n'est pas une honte, c'est une souffrance. Ca ne sert à rien de passer son temps à se plaindre, bien sûr, et de plus c'est quelque chose qu'on ne peut partager avec personne. Les gens ont tendance à oublier. Mais de là à avoir honte ! C'est assez douloureux comme ça ! Qu'en dit ta famille proche ?
Bon courage en tous cas. Il ne faut pas perdre espoir. Recemment j'ai fait un test d'olfactométrie à Lariboisière et la spécialiste que je consulte m'a dit que de toutes façons, si on récupère, il faut compter en moyenne 2 ans ! Il faut être très patient.

Sayonara
 xenoufPosté le Mardi 15 Novembre 2005 - 13:02
j'ai toujours peur de vexer qq'un puisque je suis hyposmique, je sens différemment. Alors j'ai tjr peur de dire (car j'arrive pas a me retenir) que ça pue et d'entendre "merci c'est mon parfum" ou autre chose du genre!! Je suis devenu super forte pour répondre en disant "oui effectivement ça sent bon " etc... Car expliquer mon handicap me soule un peu, j'arrete pas de le répéter, comme cela ne se voit pas, les gens oubli et rebelotte je repars dans des explications.
En tout cas je n'en ai pas honte, au contraire!! Cela me rend encore un peu plus unique et spéciale, !!
Pour kala : le fait d'en parler a tes amis pourrait peut etre t'aider, ne serait ca que pour apprécier bcp plus la relation de confiance et d'amitié. Il ne faut pas cacher ce handicap avec ces proches.
bon courage

Xénouf
 KalaPosté le Jeudi 17 Novembre 2005 - 2:57
--->Sayonara:
Mes proches m'en parlent très rarement. Y'a toujours une question lors des repas de familles, savoir où j'en suis, mais ça va pas plus loin... Et ça m'arrange!
Je n'en parlerai pas aux autres, ça c'est certain, c'est plus fort que moi...
En gros, je prends toute la charge du handicap, pas question de demander de l'aide (y'a bien eu que ma mère qui a eu ce "privilège"), de me plaindre, de partager. C'est ma "croix" et je me la gère... J'ai conscience que c'est nul, que je devrais m'appuyer sur des gens, mais je ne peux pas...
Pour l'espoir, y'a longtemps que j'en ai plus... Le chirurgien m'a dit que c'était irréversible dans mon cas (lésion des nerfs olfactifs dûs à un trauma crânien). Par contre, il m'arrive de sentir, mais "dans la tête". En 8 ans, ça a dû se produire 7-8 fois: exemple ma mère avait été racheté le shampooing Mixa Bébé, que j'utilisais quand j'étais pitchoun. Choc psychologique, je re-sentais, ça a duré 30 secondes mais c'était une pure hallucination.
Pareil y'a 15 jours en recevant des produits du terroir par la Poste, vu que j'ai dû déménager dans le Nord... J'étais tellement heureux de retrouver de ma région que le jambon de Bayonne avait son odeur!!! Là j'y ai vraiment crû, ça a duré une bonne minute, j'ai vérifié avec mon parfum, mais non, c'était encore ce choc psychologique... Mais ça m'a vraiment fait plaisir!
Bonne journée à tous!
 lilouPosté le Vendredi 18 Novembre 2005 - 14:43

Je viens de découvrir ce forum et enfin je me rend compte que je ne suis plus seule. Quand je lis les témoignages je retrouve beaucoup de similitudes avec ce que je ressens.
 
Je suis atteinet d'anosmie et par conséquent de disgueusie depuis 6 mois environ sans causes particulières.
En fait tout les odeurs que je sens sont modifiées et insupportables (le pire : café, cigarette, pain grillée, melon qui sent l'eau de javel et le pourri...). Je ne peux pratiquement plus rien manger, c'est devenu un cauchemar de mettre à table, j'ai perdu 4 kilos bon au début ça fait pas de mal de perdre du poids mais le gros probleme c'est que je suis enceinte de mon 2eme enfant depuis 2 mois et que je ne m'alimente presque plus.
 
J'ai super peur qu'il y ait des consequences sur la croissance de mon bébé surtout que je suis de plus en plus déprimée. Moi contrairement à Kala j'en parle beaucoup autour de moi mais je sens bien qu'il est difficile de comprendre le mal être dans lequel nous sommes. Non seulement ça ne se voit pas mais en plus ça ne s'apparente pas à une maladie grave.
 
Je ne sais plus vers quel specialiste me tourner d'autant plus que comme je suis enceinte je ne peux faire aucun examen type scanner, radio ni prendre de traitement medicamenteux.
Je voudrais essayer d'autres méthodes genre acuponcture ou hypnose, est ce quelqu'un a essayé?
 
 
 sayonaraPosté le Samedi 19 Novembre 2005 - 23:20
Lilou - Kala
Domage Kala que, comme Lilou, tu ne puisses pas en parler. Je pense que ça aide un peu. Bien sûr, personne ne peut partager, c'est valable pour n'importe quelle infirmité, n'importe quelle maladie, n'importe quelle souffrance je crois. Mais si on n'essaie pas de partager, même de façon imparfaite,on s'enferme et je crois que ce n'est pas une bonne chose.
Lilou, j'ai éprouvé exactement la même chose que toi pour ce qui concerne le melon : goût de javel. Et pourtant j'aimais beaucoup le melon. Je ne peux plus en manger. Quelqu'un a un jour posé une question sur les goûts alimentaires. Pour ma part ils ont beaucoup changé et je ne peux plus manger certains aliments. Il faut chercher des goûts agréables (il y en a) et ne pas devenir anorexique, surtout dans ton état. J'ai entendu parler de l'hypnose a deux reprises, mais je n'ai pas encore essayer. Je pense que j'y viendrai si ce que j'essaie ne fonctionne pas. Je pense qu'il peut y avoir des résultats. De toutes façons il ne faut pas perdre espoir. Pour ma part j'essaierai tout ce que je pourrai. On se comprend déjà sur ce site, puisqu'on parle tous le même langage et souffrons des mêmes choses. C'est déjà bien.

Sayonara
 floPosté le Vendredi 13 Janvier 2006 - 20:56
Moi j'ai trouvé la réponse a ma question
 
psychologiquement parlant je ne sais pas si ça fait du bien d'en parler à un professionnel mais je sais que:
 
notre 'infirmité si ça en ait une est une infirmité qui enléve quelques plaisirs de la vie ça c'est sur mais la vie est tellement belle a explorer et a ressentir dans le coeur dans le gout dans le visuel dans tout c'est vrai que defois comme vuos j'ai une petit blues mais en fait la vie est belle alors il fait la croquer a pleines dents par contre INTERDICTION DE MENTIR SUR SON ANOSMIE  ça sert a rien et ça vous fait souffrir plus qu'autre chose et ça peut faire aussi souffiri vos proches si ils savent que vous leur mentez moi j'ASSUME ce que je suis et je vie a 100% avec .
 
 
Par contre j'aimerais avoir des temoignages de personnes qui ont consutés ldes psy apres leur trauma ou leur perte d'odorat
 frizouillePosté le Lundi 12 Novembre 2007 - 20:35
handicapé depuis 10 ans maintenant, c'est à 18 ans tous juste que j'ai perdu l'odorat. aujourd'hui à 28 ans, toujours célibataire et n'ayant eu que très peu de relations dans ma vie je me pose donc forcément la question de la responsabilité de mon handicap dans mon manque de succès dans mes rencontres amoureuses. d'autant plus que j'ai également perdu la vision d'un oeil ce qui se traduit aussi par la perte de la perception des reliefs. Une vie donc plate et sans odeurs.
Il est vrai que depuis 10 ans, je ne ressent pas beaucoup d'attirance pour les femmes. Passé l'attirance physique et primaire, pas grand chose, j'ai l'impression d'être spectateur de ma vie mais de ne pas la ressentir à fond. Comme si je regardais défilé ma vie dans une salle de cinéma.
Tous cela m'a fait perdre confiance en moi, très introverti, j'ai du mal à aller vers les autres et ne m'ouvrant pas assez vers eux, en retour, peux de gens font l'effort de venir à moi, la solitude pèse et je ne sais pas trop comment sortir de cet état. ...
 CathyunpeuperduePosté le Mercredi 14 Novembre 2007 - 22:50
Bonsoir, j'ai laissé un message sur "Témoignages" et n'ai reçu aucune réponse. Bref, je ne sais pas quoi penser. Je ne sens presque + rien et la perte de goût est en train de suivre... Je ressent bien le CHOCOLAT !! Encore heureux ! Mais pour le reste cela me fait un peu peur. Je me suis équipée de détecteurs de fumée car je suis en campagne dans une maison très très humide mais avec une cheminée, je fais gaffe aux boutons de la gazinière mais malgré tout je me sens "paria" car j'ai toujours peur de puer, (je me lave inconsidérément par peur d'incommoder). J'ai appris que cette maison avait eu un incendie important, il y a environ 8 ans et donc entièrement inondée !! Est-ce possible que l'humidité soit en partie responsable de mon anosmie ? Etant rapatriée de 30 années de Côte d'Ivoire depuis 2 ans 1/2, au RMI, je suis devenue agoraphobe (suite à 4 ans de couvre-feu). Mon travail, c'est la PAO sur Mac. Tous ces problèmes sont difficiles à gérer (intégration, seule, difficultés à comprendre toutes les lois et les droits français, bref suis vraiment perdue. Merci si vous pouvez me répondre.

Je ne sais pas quoi faire et ne veut surtout pas de cortisone ou autres chirurgies.
 Le_nezPosté le Vendredi 16 Novembre 2007 - 22:56
Bonsoir Cathyunpeuperdue,

je suppose d'après ce que tu dis que tu n'es pas anosmique de naissance. Combien de temps cela fait-il pour toi ?

En tout cas, les situations que tu décris sont normales. Peur du gaz, peur de sentir mauvais. Je ressens les mêmes choses et tu verras en parcourant ce forum que c'est le cas de beaucoup d'anosmiques.
Pour la première fois depuis 2 mois, j'habite seul dans un appartement chauffé au gaz. Et cela me fait un peu peur aussi.

En tout cas, continue de manger du chocolat ! Puisque tu sens bien le gout et en plus c'est bon pour le moral !

Bon courage pour l'anosmie et pour le reste. J'imagine que cela ne doit pas être facile de s'adapter à la vie ici après 30 ans en Côte d'Ivoire.
 Le_nezPosté le Vendredi 16 Novembre 2007 - 23:08
Sinon, je suis d'accord pour dire qu'il ne faut pas cacher son anosmie. Avant je ne le disais à personne ou presque.
Mais je le dis de plus en plus facilement. Et ça rend la vie plus facile.
Il est vrai que je supporte plutôt bien mon anosmie (de naissance).
Ce qui est sur c'est qu'il n'y a pas à en avoir honte car nous n'y sommes pour rien. Pour moi, c'est devenu un sujet de conversation normal et même passionnant (ce forum m'y aide d'ailleurs car certains arivent mieux que moi à mettre les mots sur les sensations des anosmiques que moi).
 Alberto4Posté le Mardi 20 Novembre 2007 - 10:20
J'ai une anosmie et agueusie due à une réaction allergique à des produits toxiques entassés dans un placard de mon bureau par des collègues. Ce handicap a été établi par des allergologues et ORL, mais leurs témoignages indiquent que "Mme x  a, "dit-elle" été victime d'une allergie". Donc comme appuis... Quant à mes collègues, ils pensent que je simule (disons que cela les arrange de le croire). La sécu a rejeté la qualification d'accident du travail.
Curieusement, je ne sens que le goût du melon et c'est agréable (en saison!).
Psychologiquement parlant, c'est dur car aucun médecin ne m'a donné de certitude de récupération de ces sens ni de traitement, de plus cela n'intéresse personne. C'est un peu de moi-même qui est mort. La seule "solution" c'est de développer au maximum l'intérêt pour tout ce qui est agréable dans la vie en général. Jsuis en arrêt de travail depuis quelques mois car je suis retournée travailler au bout d'un mois d'arrêt et les symptômes allergiques ont recommencé (les mêmes produit étaient restés au même endroit). Donc à présent je me recentre sur ma vie personnelle.

Alberto4
      Vous devez vous connecter pour laisser un message.Ce sujet lu 3444 fois contient 14 réponse(s)    
Retour à la liste des sujets du salon.