Olfac Bienvenue sur le forum d'olfac.
Si une question vous turlupine, si vous voulez partager une expérience, si vous souhaitez nous confier une information n'hésitez pas, ce forum est là pour ça.

 Accueil     Rechercher     Chat     Inscription     Connexion

Forum
--- Echanges
------ sos je déprime
Vous devez vous connecter pour laisser un message.
sos je déprime
 CerisePosté le Lundi 23 Juin 2014 - 18:09
Bonjour à tous.

Au mois de mai 2013 lorsque mon ORL a diagnostiqué une parosmie, je suis venue sur le forum pour voir un peu ce qu'en disait les personnes atteintes du même mal. Je suis partie en courant en constatant que beaucoup d'entre vous déprimaient sérieusement à cause de leur maladie.
Je ne comprenais pas. J'étais pleine d'espoir et pensais qu'il suffisait de prendre le taureau par les cornes pour s'en sortir. C'est ce que j'ai fait. RDV avec BONFILS l'As de la chose. Aucune écoute, aucuns résultats. Acupuncture, qui m'a fait du bien partout, sauf pour ça. Analyse même, au cas où le problème serait psychologique.Rien. Aucune amélioration. Mon aversion pour les odeurs de vanille, fruits et légumes mélangés sur les étals ou chez moi, odeurs de cuisine avec beurre,vin, enfin, mille choses qui me rendent la vie impossible. Curieusement, il n'y a que l'odeur et le goût du café que je détestais qui ont changés, voire me sont devenus agréables.
Enfin, c'est l'anarchie olfactive et je comprends maintenant la déprime face à l'incompréhension voir l'agacement de mes amis et de mon mari.J'ai eu quelques moments de rémission depuis un ans. Mais dès que je reviens à Paris, c'est l'enfer. Je ne m'étais jamais rendue compte que Paris sentait la bouffe, PARTOUT. C'est insupportable.J'ai passé quelques jours au bord de mer dernièrement et ça allait beaucoup mieux.
Je n'arrive pas à accepter l'idée que cet handicap puisse m'obliger à changer complètement ma vie, entraînant mon couple dans cette histoire.
Je suis complètement frustrée de ne plus rien pouvoir manger de ce que j'adorais et je me bats pour ne pas tomber dans l’anorexie. Enfin, c'est le creux de la vague.
J'essaie de me raccrocher à certains d'entre vous dont l'état s'est amélioré au bout de plusieurs années. Pour moi, ça fait un an que ça dure, mais j'ai parfois l'impression, comme en ce moment que ça ne fait que s’aggraver.

Cerise
 PhilippePosté le Mardi 24 Juin 2014 - 11:17
Bonjour Cerise,
Je suis passé par là. C’est visiblement quasi un passage obligé. Cela fait pour vous un an, il faut maintenant accepter votre cas. Ne plus fuir l’odeur qui de toute façon fait partie de votre quotidien.
Avez-vous le choix ? Non !
Vous avez vu que la médecine nous donne aucune solution. Notre cas n'intéresse aucun spécialiste.
Penser constamment à un problème lorsqu’il y a une solution, c’est bénéfique car cela permet de trouver la solution. Mais là il n’y a pas de solution que vous puissiez trouver pour supprimer votre parosmie, même en y réfléchissant tous les jours, donc inutile de se focaliser sur le problème. A tout problème, une solution. S’il n’y a pas de solution, il n’y a pas de problème…
Pour la nourriture, il faut accepter ces nouveaux goûts, se dire que c’est maintenant la norme. Puis de temps en temps prendre plaisir avec les quelques aliments qui sont mangeables voire pas mauvais.
Mon entourage s’est habitué à ne plus mettre de vinaigre dans la salade, plus de vanille dans les œufs en neige (rare dessert "sophistiqué" que je puisse manger), plus me proposer à boire autre que de l’eau et du thé, etc, etc. Si on dédramatise le problème avec eux, l’entourage s’adapte très bien. J’ai aussi appris à manger des « trucs » pas trop bon pour leur faire plaisir ni les vexer (lorsque je suis invité).
Il faut se dire que cela va être très long, c’est pour cela qu’il faut « faire avec ». Mais en parallèle à cela il faut garder espoir. S’il n’y a pas eu traumatisme au niveau de la tête, le problème va certainement finir par s’arranger. Il faut attendre que la « chimie » se termine.
Ma parosmie a commencé à la même date que vous. Je l’ai maintenant accepté à 90%, même si la nourriture reste une grande frustration (moi qui « avant » aimait la grande cuisine…). J’ai repris les kg que j’avais perdus. Même quelques-uns en plus alors que finalement je n’ai pas beaucoup de plaisir à manger (mais il reste le plaisir de la notion du sucré et du salé…)
Pour ma part je vois quelques petits signes d’améliorations. Vous ce n’est pas encore le cas, mais je pense que cela va venir.
Ma théorie : notre problème vient certainement d’un virus qui a causé des dégâts. La parosmie apparaît alors subitement. Brutalement. Elle a tendance au début à progressivement augmenter. Puis un moment elle va progressivement et très lentement diminuer. La chimie et la reconstruction des cellules ne se fait pas au même rythme pour tout le monde.
Allez courage Cerise…
      Vous devez vous connecter pour laisser un message.Ce sujet lu 956 fois contient 1 réponse(s)    
Retour à la liste des sujets du salon.