Olfac Bienvenue sur le forum d'olfac.
Si une question vous turlupine, si vous voulez partager une expérience, si vous souhaitez nous confier une information n'hésitez pas, ce forum est là pour ça.

 Accueil     Rechercher     Chat     Inscription     Connexion

Forum
--- Documentations, témoignages, reportages
------ video sur le goût et relation avec l'odorat
Vous devez vous connecter pour laisser un message.
video sur le goût et relation avec l'odorat
 Virg14Posté le Jeudi 17 Septembre 2009 - 12:06
une vidéo pour éviter la fréquente confusion entre goût et odorat. 
 
http://www.france5.fr/allo-docteurs/index-fr.php?page=player&id_article=523
 Le_nezPosté le Lundi 21 Septembre 2009 - 11:06
Merci.
C'est intéressant. C'est l'une des choses les plus difficiles à expliquer aux non anosmiques.
La question de la consistance des aliments me parait une bonne question : les anosmiques (de naissance) utilisent-ils plus la consistance des aliments pour les reconnaitre ?

Sinon, je reste persuadé que les anosmiques de naissance développent un goût (partie goût pur par les papilles) plus développé que la moyenne. Mais difficile à prouver sans étude scientifique.
 Virg14Posté le Lundi 21 Septembre 2009 - 21:07
C'est certain que lorsque l'on est privé d'un des sens, d'autres se développent pour compenser ce déficit. Il en va de même pour les aveugles qui, généralement, ont une ouie et un toucher fins. Pour les anosmiques (de naissance ou non), le goût et le toucher en bouche prennent en quelque sorte la place de l'odorat.  Je pense que le goût se limitant à 5 choix globalement (sucré,salé, amer, acide et umami),la consistance, quant à elle, est beaucoup plus variée(onctuosité,liquide ,gras , mou...) d'où peut-être un rôle discriminatoire plus accru que celui du goût dans la reconnaissance des aliments. Outre la consistance et le goût, nous avons aussi sur la langue des récepteurs thermiques sensibles  donc  au froid et  au chaud comme l'effet du menthol, du poivre,de la moutarde,du piment, je crois savoir; cela participe également à la reconnaissance des aliments. 
 MarionPosté le Samedi 26 Février 2011 - 19:12
Merci pour ce lien! J'ai trouvé le documentaire très complet.

Effectivement je pense que la consistance mais aussi la texture, la température des aliments... ont un grand rôle pour nous.

Très gourmande, je commence juste à réaliser que je ne percois en réalité qu'une infime partie des sensations qu'une personne non anosmique a en mangeant les mêmes aliments. Pourtant j'ai l'impression de sentir beaucoup plus que les 4 ou 5 saveurs de base. Par exemple, en mangeant un croissant ce matin je me suis dit, "quand même, je sens bien le goût du beurre"... Mais en essayant de décomposer ce 'goût' je me suis rendu compte que je pouvais sans doute le réduire à une texture grasse et fondante, un peu salée...

Très gourmande, l'idée qu'en réalité je ne connais pas la saveur du chocolat me perturbe... mais heureusement, on trouve du plaisir à manger d'autres manières! J'aime les mélanges sucré/ salé par exemple, et le chaud/froid (une tarte bien chaude avec une boule de glace à la vanille, mmmmm )
 Le_nezPosté le Mardi 29 Mars 2011 - 19:07
Bonjour à tous.

Moi, je me rends compte que je suis incapable de reconnaitre finement beaucoup d'aliments.
Mais, en revanche, j'ai l'impression de reconnaitre beaucoup plus que "sucré,salé, amer, acide et umami".
L'exemple que je prends souvent est celui du fromage, goût que je suis capable de reconnaitre même mélangé avec d'autres aliments et je peux en plus distinguer différentes sortes de fromages sans problème. Et il ne me semble pas que ces goûts de fromage peuvent se résumer à du gras plus ou moins salé (et éventuellement amer ? acide ?).
De même pour le chocolat qui ne me semble pas être uniquement du gras + amer + sucré...

Donc, je suis sceptique sur cette histoire de 5 goûts.
 MarionPosté le Vendredi 23 Décembre 2011 - 23:05
Bonjour à tous!

Je reviens sur ce sujet après avoir 'mis de côté' mon absence d'odorat pendant près d'un an. Depuis quelque semaine elle me 'travaille' à nouveau, et notamment le lien avec le goût.

J'ai récemment fait quelques experiences yeux fermés et me suis rendu compte que des aliments que je croyais aimer, n'ont en fait aucun goût pour moi: la cannelle par exemple, qui en poudre ne me fait en fait pas plus d'effet que de la poussiére; ou le thé qui n'a jamais eu beaucoup de goût pour moi mais que je croyais tout de même pouvoir distinguer de l'eau chaude... niet. Il semble donc que l'attrait de ces aliments vient uniquement de l'image que m'en donnent les personnes autour de moi. Et encore cet après-midi je me suis fait du chocolat chaud (avec du vrai chocolat amer - pas de nesquik ou de sucre ajouté): je n'ai pas comparé avec du simple lait chaud, mais enfin ca ne devait pas être très différent... comme quoi le chocolat dont je 'rafole' n'en est pas vraiment. Assez déprimant!

Ces jours ci, en pleins préparatifs de noël en famille ça me frappe particuliérement. D'une part il ya réguliérement quelqu'un pour mentionner une odeur, et d'autre part je me rends compte que la plupart des plats dont ils parlent (nous sommes tous très gourmands ) n'ont rien de particulier pour moi (ah bon, il y avait de la noix de coco dans la sauce?... 'l'extraordinaire' soupe de l'an dernier? aucun souvenir).

Je n'en perds pas mon apétit pour autant , mais j'ai l'impression de me prendre la tête inutilement (quel besoin j'ai de me poser tant de questions, si je ne m'en étais même pas rendu compte jusqu'ici?)... et en même temps je me demande bien comment j'ai pu ne pas m'en rendre compte avant!

Surtout, je ne sais pas trop comment le faire comprendre à ma famille, sans en faire trop non plus. Ils savent que je n'ai pas d'odorat, sans vraiment le savoir: ils ne m'ont jamais vraiment prise au sérieux (mais moi non plus, donc je n'ai pas pu être très convaincante), ou l'ont balayé d'un 'oh, ca c'est dommage'... et on passe à autre chose et on oublie jusqu'à la prochaine fois.

Je me vois mal leur dire tout à coup, 'au fait, ces plats que j'aime depuis toujours? Ils n'ont pas franchement de goût, c'est juste de la texture'

Des trucs sur comment faire passer le message discrétement, ou en humour?

Mes excuses pour le pavé! Merci à ceux qui m'auront lue jusqu'au bout et très bonnes fêtes à tous!
 KysicPosté le Jeudi 29 Décembre 2011 - 23:10
Bonsoir et bonne fêtes à tous également.

J'ai longtemps pensé que si nous (les anosmiques de naissances j'entends) avions forcément un goût qui fonctionnait de manière différente des autres, nous pouvions avoir des sensations quasiment similaires similaires.
J'ai du suivre un peu le même cheminement que vous et j'en suis beaucoup moins sûr maintenant.

Je pense que la vision simpliste du goût qui est couramment donnée n'aide pas à clarifier les choses.
Je me souviens d'un schémas d'un livre pour enfant sur les sens qui expliquait que le goût c'était la perception du sucré, salé, acide et amer par différentes zones colorées au contour bien précis sur la langues.
Si les récepteurs sont bien situés en majorité sur la langue, ils n'y sont pas exclusivement et en tout cas pas en zones strictement délimitées.
Et si c'est bien les saveurs précédemment citées sont bien les principales (il y aussi l'unami), les récepteurs sont aussi capable de détecter d'autres substances.
Bon mais je ne voulais pas me lancer dans une description du gôut, pour cela il y a wikipedia qui le fait mieux que moi : (http://fr.wikipedia.org/wiki/Go%C3%BBt).

Du coup il est difficile d'imaginer la part exact de la partie du goût qui est liées aux flaveurs chez les personnes qui ont de l'odorat.
Mais, comme vous le disiez, ces personnes ont l'impression de ne plus avoir de goût lorsqu'elles ont le nez bouchées (ou si elles deviennent anosmiques), du coup il est évident qu'il nous en manque une bonne partie.

L'idée comme quoi lorsqu'il nous manque un sens on a tendance à compenser en surdéveloppant les autres est séduisante. Je pense que l'on accorde plus d'attention à "notre" partie du goût lorsqu'on mange. Un peu comme un aveugle accorde plus d'attention aux sons qu'il entend qu'un voyant et du coup à force de pratique arrive mieux à les différentier. Par contre j'ai du mal à croire que notre goût soit plus performant et puisse compenser. Je ne pense pouvoir devenir oenologue en tout cas .

En tout cas le goût d'un aliment est quelque chose de complexe qui mèle beaucoup de choses. Je penses que personne n'a le même goût de toutes façon, donc il est difficile de comparer. Je crois également que beaucoup de personne avec de l'odorat (je les aurait bien appelé les odorants même comme le mot est déjà pris ils pourraient se vexer ) sont bien embêtées quand on leur demande de distinguer différents aliments en leur bandant les yeux.

Comme j'étais jusqu'à récement plutôt convaincu d'avoir un goût à peu près normal, je n'ai pas eu l'occasion d'en parler donc pas d'idées non plus sur comment aborder la choses.

Bon je termine comme j'ai commencé : bonnes fêtes à tous et je vous souhaite tout plein de bonnes choses pour la nouvelle année qui approche.

Kysic
 MarionPosté le Vendredi 30 Décembre 2011 - 23:13
Bonsoir Kysic,

Je vous rejoins sur l'idée que la notion des 4 ou 5 gouts de base est certainement réductrice: je disais dans un autre topic que je me représente un peu la question du goût des anosmiques comme une personne qui verrait depuis toujours en noir et blanc: contrairement à quelqu'un qui connait les couleurs, elle trouverait certainement cela tout à fait normal, et percevrait, ou du moins ferait attention, à beaucoup plus de nuances de gris, aux variations selon la luminosité et les motifs... De même, sans odorat nous devons percevoir beaucoup plus au niveau du goût.

Au final je suppose que si la 'compensation' ne nous permettra jamais d'avoir les mêmes sensations qu'une personne connaissant les odeurs (et donc un anosmique ne deviendra pas oenologue), elle nous permet d'apprécier notre propre réalité. Et la notion de 'manque' ne vient que par comparaison avec les 'odorants' ;) Après tout, si nous vivions dans un monde d'anosmiques le vin n'existerait tout simplement pas! Et d'autres boissons et aliments auraient été 'inventés' correspondant à notre perception des choses...

S'il est difficile de comparer, et peut-être vain de chercher à comprendre ce que nous ne percevons pas (selon les standards 'odorants'), je trouve intéressant de mieux comprendre ce que je percois réellement... qui sait, cela m'incitera peut-être à plus me faire la cuisine, selon des modalités qui me 'parlent'! (plutot qu'en m'obstinant à mettre exactement les herbes listées dans la recette pour faire bien comme il faut - selon des critéres qui ne sont pas les miens)

Et pour finir sur une note moins 'pseudo-philosophie': ca m'a fait sourire de découvrir que l'un des créateurs des glaces Ben & Jerry est anosmique et que c'est lui qui a insisté pour qu'elles soient aussi riches en textures et gros morceaux... c'est donc pour ça que je ne peux pas m'empecher d'en manger

Merci pour ces échanges, et très bon réveillon/ début d'année!
 KysicPosté le Dimanche 1 Janvier 2012 - 19:15
Merci à vous,je vous rejoins pleinenement.

Vivement qu'un anosmique crée un livre de recette pour les anosmiques (voir monte un restaurant ^^).

Très bonne année à tous.

Kysic
 ShanjiPosté le Mardi 31 Janvier 2012 - 14:27
Bonjour à tous.

Je suis en première S et pour mon sujet de TPE sur le goût et l'agueusie, il me faudrait des témoignages assez précis de personnes agueusiques et anosniques.
Ce n'est que pour un but purement scolaire.

Si trois ou quatre personnes pourraient témoigner ^^
Merci d'avance
      Vous devez vous connecter pour laisser un message.Ce sujet lu 2203 fois contient 9 réponse(s)    
Retour à la liste des sujets du salon.