Olfac Bienvenue sur le forum d'olfac.
Si une question vous turlupine, si vous voulez partager une expérience, si vous souhaitez nous confier une information n'hésitez pas, ce forum est là pour ça.

 Accueil     Rechercher     Chat     Inscription     Connexion

Forum
--- Présentations des membres
------ Témoignage d'une ex-anosmique : l'espoir n'est pas interdit
Vous devez vous connecter pour laisser un message.
Témoignage d'une ex-anosmique : l'espoir n'est pas interdit
 MaylisPosté le Mardi 17 Septembre 2013 - 20:12
Bonjour à tous,

Je viens de m'inscrire en tant que nouvelle venue mais je connais ce site depuis deux ans, début de mon anosmie, pour avoir épluché le web de fonds en comble, tant j'étais désespérée par cette catastrophe absolue qu'était pour la gourmande que j'étais, la perte de mon odorat et conséquence de cette perte, du goût.

Je me souviens avoir à l'époque regretté de n’y trouver aucun, ou très peu de messages d'anosmiques guéris, ce qui pouvait laisser supposer que nul ne se sortait de ce cauchemar.

Je m'étais donc juré que si un jour tout cela prenait fin, je reviendrai en "guérie" apporter sur ce site dédié, un message d'espoir.

Le Docteur ELOIT que j'avais consultée au début de mon anosmie après avoir trouvé ses coordonnées sur ce site et avoir erré plusieurs semaines entre de moins bonnes mains, (très décourageantes), m'avait à la fois rassurée et "accablée", en me disant qu'il fallait en moyenne deux ans (quoi deux ans ???) pour reconstituer les neurones olfactifs détruits mais que le plus souvent, tout rentrait dans l’ordre, au moins partiellement.

Elle m'avait précisé qu'il n'existait aucun traitement ou remède miracle, me prescrivant simplement des lavages de nez quotidiens (ce que j'ai respecté) des oligo-éléments pour éviter de nouveaux rhumes (je n'en ai eu qu'un en 2 ans, vite stoppé) et une rééducation consistant à sentir chaque jour les mêmes odeurs basiques (ce que j'ai vite laissé tomber faute de temps).

En revanche, j'ai fait extrêmement attention à éviter les causes fréquentes de rhume (courants d’air, refroidissements etc…) et vit en permanence avec sous la main des médicaments permettant à l'instant où on sent monter le virus de le stopper, (homéopathie et sprays à base d'huiles essentielles).

Enfin, et pour en terminer avec les traitements "miraculeux" qui fleurissent sur la toile, il n'en existe aucun semble-t-il, en tout cas pour moi, que ce soit l’acupuncture, l’ostéopathie, ou même le gingembre à forte doses également tenté, qui permettent réellement d'écourter ce délai "moyen" qui semble incompressible quand tous les neurones olfactifs ont été détruits.

Durant ces deux années de purgatoire, l'odorat m'est parfois revenu de façon fugace, source d'espoir énorme et de profonde déprime quand il s'envolait de nouveau sans raison apparente...

J'ai eu aussi la période des goûts altérés, déformés, affadis ce qui me semblait mieux que rien et auxquels j'avais fini par me résoudre.

J'ai rajouté beaucoup de sel, d'épices, de moutarde mais sans grand succès, les viandes et le jambon étant ce qui avait décidément le moins de saveur alors que les poissons fumés ont été mes premiers compagnons de retour à un petit quelque chose.

Et puis les semaines et les mois ont passé, plus personne n'en parlait, et je ne me voyais pas me plaindre chaque jour à un auditoire familial compatissant et adorable, mais lassé d’une situation qui perdurait sur des mois et des mois.

Jusqu'à cet été où enfin, les deux ans écoulés et mes 30 ans de mariage révolus, j'ai pu annoncer à mon mari stupéfait et heureux que j'acceptais enfin de dîner dans un grand restaurant, (celui de notre nuit de noces) mon goût étant presque intégralement revenu...

Evidemment, lorsqu'on retrouve enfin l'odorat et le goût, on n’a plus qu’une idée, oublier cette période noire et on ne veut surtout plus retourner sur tous ces sites sur lesquels on a tant gambergé, raison pour laquelle je pense, on y trouve si peu de message de guérison...

Alors voilà, je veux que vous sachiez, vous tous nouveaux anosmiques ayant perdu comme moi l'odorat et le goût à la suite d'un phénomène infectieux (rhume + sinusite + bronchite) que c'est très long, avec de faux espoirs, des moments de déprime profonde et de grande tristesse quand tout disparait à nouveau, des moments de mieux, même si les odeurs sont très peu perceptibles et les goûts différents, jusqu'au jour béni des dieux (deux ans exactement pour moi, je suis donc dans la moyenne annoncée) où enfin, on retrouve presqu'intacts, les odeurs et les goûts d'antan.

Alors, courage, tenez bon, vous verrez on s'habitue, même au pire, et dites-vous que le jour où enfin cela reviendra (et ça revient, si, si…)vous apprécierez comme je le fais en ce moment, avec un bonheur décuplé, ces sens extraordinaires que sont l'odorat et le goût pour avoir cru en être définitivement privés...

Et la vie alors vous paraîtra alors plus belle que jamais.

En tout cas, bon courage à tous les anosmiques, je pense à vous.

Une anosmique guérie qui voulait en témoigner.
 MonaPosté le Jeudi 10 Octobre 2013 - 19:39
Merci pour ce témoignage ! je n'ai plus qu'à attendre cela fait 9 mois un vrai cauchemar ces transformations d'odeurs et de gout.Merci encore

HELP ! quelqu'un aurait une solution s'il vous plait !
 MaylisPosté le Mardi 15 Octobre 2013 - 19:08
Bonsoir Mona,
Quelle est la cause de votre anosmie ? Si c'est un virus (rhume, grippe + complications) il y a de bonnes chances que les choses commencent à rentrer dans l'ordre dans le courant de la deuxième année et que la guérison arrive au bout de deux ans. C'est long mais il est préférable à mon sens de le savoir dès le départ pour tenir le coup.
On peut aussi renifler tous les jours les mêmes odeurs, il parait que ça accélère le processus mais moi, je n'ai pas eu le courage.
Le gingembre à forte doses donne aussi de bons résultats, à essayer...
Bon courage et patience.
 Cilou66Posté le Dimanche 19 Janvier 2014 - 10:33
Merci pour votre témoignage, il fait du bien au moral.
Je suis anosmique depuis 6 mois, suite à une rhinite.
Moi aussi, le poisson fumé est un compagnon que j'apprécie : parfois un flash de quelques secondes ... mais qu'est-ce que ça remonte le moral !
Certaines pralines au café (Manon) aussi, alors que je ne supporte plus le café-boisson.
L'arôme de fraise parfois, surtout très froid (glaces, milk-shake).
Mais rien de tout ça n'est systématique malheureusement.

Quelles sont les odeurs de base sur lesquelles travailler quotidiennement ? J'ai envie de prendre le temps de le faire.
      Vous devez vous connecter pour laisser un message.Ce sujet lu 1838 fois contient 3 réponse(s)    
Retour à la liste des sujets du salon.